Simul’ ONU

  • -

Simul’ ONU

Le mercredi 22 Mai 2019, les Terminales S1 et ES2 ont finalement procédé à leur session du SIMUL’ONU, qui consiste en une simulation de l’assemblée générale de l’ONU, et ce dans le CDI de JB. Le thème de cette simulation était la pollution des océans qui nous le savons, est dans un état critique.

La session s’est déroulée en 3 phases distinctes : présentation puis débat et enfin proposition et vote.

Pour ouvrir la séance, le premier discours fut celui de la délégation des présidents, souhaitant la bienvenue à tout le monde avant de rappeler le but de cette réunion : de proposer des solutions afin de remplir le 14è objectif de l’ONU, visant à aider la vie maritime. Le président rappela l’urgence de la situation, puis assura à toutes les délégations le même droit de parole. La délégation conclut alors qu’afin d’empêcher la sixième extinction massive, il fallait prendre des mesures courageuses, mais surtout que tout le monde devait agir.

Puis les délégations s’enchainèrent, d’abord les ONG, alarmistes, puis différents groupes étatiques. Les pays les plus touchés se décrivirent victimes et accusèrent, les plus pauvres exprimèrent leur impuissance et accusèrent également, les plus pollueurs se défendirent par divers moyens. Par exemple la Chine a adopté un discours défensif, parlant du poids de sa population mais aussi de ses innovations, alors que par la suite l’Inde, gros pollueur également, attaqua vivement l’Empire du milieu, rejetant sur les Chinois l’entière responsabilité de la pollution. Voilà qui compromettait toute coopération asiatique. Assez étonnamment, les États-Unis ne furent pas pointés du doigt et restèrent plutôt en retrait. L’Occident en général proposaient différentes innovations, inventions etc…

Pendant tout ce temps, les Firmes Transnationales, principalement Microsoft et Shell, qui ne prenaient pas la parole, planifiaient et commentaient leurs possibles alliances pour s’en sortir le mieux possible, et nous, journalistes, assurions la retranscription de la séance.

Lors de la deuxième phases, débats, réunions et interviews s’enchainaient pour toutes les délégations, grâce à un système de carte et de roulement, et ce afin de discuter des projets. Nous avons pu remarquer la popularité inattendue du projet d’Israël, dont la délégation était débordée par les demandes de rendez-vous, et nous avons malgré tout pu les interviewer. Nous avons pu également entendre les réactions de la Chine à propos de l’Inde et inversement.

Une fois les débats clos, divers représentants ont pu présenter leurs projets : L’Océanie avec OCEAN Clean-UP, Israël avec son instance internationale : l’UPA, l’Amérique du Nord souhaitait un fond commun pour tous et l’Afrique du Sud, la plus radicale, souhaitait interdire le plastique purement et simplement.

Vint ensuite le temps du vote, où chaque délégation pouvait choisir un des projets. Et c’est avec peu de surprise que l’on découvre que c’est Israël qui aura su séduire le plus de pays, faisant approuver son projet à la majorité. Un autre vote eut lieu ensuite, où l’on décidait si l’accord devait être contraignant et les délégations décidèrent que pour plus d’efficacité, il le serait.

Nous avons ensuite interviewé les gagnants : l’organisation Union Pour l’Avenir, fonctionnera très grossièrement comme l’ONU, mais sans en faire partie. Ils ne s’inquiètent pas du fait qu’ils ne soient pas très populaires dans certaines régions du monde car ils souhaitent s’effacer une fois la fondation créée.

C’est ainsi et après une photo de groupe que la session se clôture. On pense à remercier chaleureusement M. Durand, professeur d’histoire-géographie, initiateur et organisateur du projet, avec Mme Popczyk, responsable CDI et co-organisatrice, et enfin Camille Chéné (à la caméra et réalisatrice) qui a été d’une aide précieuse, et bien entendu, notre collégien dévoué Djibril Mohamed  élève de 4A, ainsi que tous les participants qui se sont prêtés à ce jeu de rôle. On espère pour les prochains, que l’expérience sera aussi riche et inventive que cette année.

  1. Vandenbulcke, P. Evain, B. Ferret, G. Marie